Chou rouge chaud

Je suis incapable de réussir le chou rouge chaud, j’adore celui que j’achète en conserve dans un bocal en verre.

Quelle est votre recette ?

1 « J'aime »

Je ne sais pas ce que vous appelez le chou rouge chaud. J’en fais l’hiver et je n’achète jamais de conserves. Alors je ne peux comparer. Il me semble que je coupe mon chou grossièrement. Je le mets en cocotte avec de la pomme, du bouillon et un peu de vinaigre de vin, sel, poivre. Corps gras au choix: huile ou graisse doie.
Je ne sais pas si cela va vous aider.

Oui c’est de cette recette que je parle.
Lorsque je le préparais c’était de la même façon, et personne n’appréciait.

Je pense que vous parlez de la recette de Chou rouge à la flamande.
Je fais revenir un oignon haché, j’ajoute le chou rouge coupée en fines lanières (3mm) et j’enrobe bien dans la graisse choisie.
Ensuite il faut laisser confire assez longuement à feu doux (au moins une bonne heure) avec un peu de vinaigre ou/et de vin rouge (qui , celui -ci, permet au chou de rester bien coloré) et un peu de sucre ou, mieux, de la cassonade ou de la vergeoise. Les quantités de vinaigre et de vergeoise à ajouter dépendent du degré d’aigre-doux souhaité : entre une à trois cuillères de chaque ingrédient (je varie en fonction de l’accompagnement prévu pour ce chou) en conservant toujours le rapport 1 c de vinaigre pour 1 c. de sucre. En principe le chou va faire un peu de jus, mais s’il vient à en manquer j’ajoute quelques cuillerées d’eau. Je ne mets pas de bouillon. Je sale, bien sûr
A mi-cuisson je dépose sur le chou des quartiers de pommes. Je ne les mets pas dès le départ pour les garder entiers. Je ne les enfouis pas lorsque je veux conserver leur couleur aux pommes mais cela peut se faire.
A la fin de la cuisson le chou a une texture fondante, il est brillant et confit. C’est un vrai délice.

Il m’arrive souvent aussi d’utiliser cette recette comme base pour faire une pintade au chou rouge. Dans ce cas-là je fais dorer les morceaux de pintade dans la cocotte, une fois retirés, je fais dorer une carotte finement émincée, un oignon et des lardons saupoudrés de cassonade pour faire légèrement caraméliser, je retire cette garniture pour mettre au fond de la cocotte la moitié des lanières de chou rouge, surmontés de la garniture caramélisée et les morceaux de pintade et je recouvre le tout du reste de lanières de chou. J’ajoute aussi des baies de genièvre qui se marient bien avec la pintade, Je mouille souvent avec de la bière mais on peut choisir un autre mouillement. Je fais cuire à l’étouffée et j’ajoute des pommes une vingtaine de minutes avant la fin estimé de la cuisson. Un autre vrai délice !

J’aurais souhaité vous poster une photo de cette pintade au chou rouge car une image vaut mille paroles, comme on dit, mais malheureusement je n’en ai pas. Il faudra donc que j’y pense la prochaine fois que je la réaliserai!

Pourquoi à la Flamande ?
Merci pour cette recette

C’est le nom de la recette et je pense que c’est également son origine mais il faudrait vérifier.
En tout cas ce qui est sûr c’est que le chou rouge cuisiné est bien mieux connu en Belgique et dans le nord de la France et en Europe centrale que dans le midi où les gens sont toujours étonnés de manger chez moi du chou rouge cuisiné: dans le midi on ne l’utilise qu’en crudité.

Sinon je tiens à préciser que la recette que je donne est une synthèse personnelle de toutes les recette de chou rouge à la Flamande que j’ai rencontrées ou goûtées ici et là… Elle ressemble en même temps à toutes et à aucune en particulier.

Il est vrai que vinaigre et cassonade sont typiques des Flandres, je viens de me rappeler que ma grand-mère accompagnait le lapin race géant des Flandres avec des choux-rouges chauds aigre-doux.

Qu’est-ce que c’est que ce lapin race géant des Flandres? C’est la première fois, je crois , que j’en entends parler.

Je ne peux pas t’'en dire beaucoup plus, mais mon grande-père élevait ces lapins dans des très grands clapiers grillagés posés dans son immense jardin et déplaçait ceux-ci régulièrement sur la superficie, c’était le repas de fête surtout au Nouvel-An.

Merci, Mamy Lili.
En effet ils sont immenses!

Je le réussis une fois sur deux ! ça dépend de mon humeur j’ai l’impression.

:smile: :smile:
Le chou ou le lapin?
Bienvenue sur le forum :wink:

Pour en revenir au chou rouge parfait l hiver je vous livre ma recette (sans lapin) qui a toujours pas mal de succès : Chou rouge cuit au vin rouge aux pommes et aux épices

J’aime beaucoup le chou rouge chaud. Il faut néanmoins savoir que ça ne sera jamais pareil qu’en bocal, à moins de faire le bocal vous-même, car la conservation change le chou. Ici au Danemark le chou rouge en conserve est très acide et très sucré, presque comme un condiment.
Vous pouvez regarder cette recette sur le site de l’INA, qui est très bien expliquée : Le chou rouge à la flamande | INA

Pour moi il faut faire confiance à vos papilles pour doser le sel, le sucre et le vinaigre car un chou rouge n’est pas équivalent à un autre. Pommes et oignons sont pour moi indispensables pour avoir un goût balancé, et une épice comme le cumin ou le genièvre permet de donner un peu de chaleur et de profondeur.

1 « J'aime »

Un sujet bête comme chou qui fait son chemin. Bravo

Bonjour,

Je viens de lire votre recette. Je vois que vous préférez le vinaigre balsamique au couple vinaigre de vin+ vergeoise ou sucre que devait certainement utiliser votre grand-mère étant donné que la « mode » du vinaigre balsamique est assez récente.

En ce qui me concerne je ne suis pas vraiment convaincue que ce remplacement apporte une valeur ajouté à votre chou rouge et je m’explique.

Les vinaigres balsamiques qu’on trouve dans les grandes et petites surfaces n’ont absolument aucune valeur gastronomique car il s’agit de vinaigre aromatisé au caramel… Rien à voir avec un vinaigre balsamique de Modène. Autant garder pour le chou rouge un très bon vinaigre de vin qu’on trouve bien plus facilement et à un prix bien plus accessible.

Bien sûr il s’agit peut être pour vous d’utiliser une de ses bouteilles hors de prix de véritable vinaigre balsamique… Là encore je reste sceptique sur ce qui restera du sublime parfum et velouté de cette unique cuillère de vrai balsamique de Modène au bout de 50 minutes de cuisson, alors que cette mème cuillère sur une coupe de fraises ou sur une entrée d’asperges (pour parler en termes de produits de saison) sera nettement mieux mise en valeur.

Vous me direz que sur internet on trouve une gamme moyenne qui propose des vinaigres balsamiques qui bien qu’étant faits aussi avec du caramel sont une bien meilleure qualité que ceux disponibles dans la grande distribution. Vous avez raison…Mais mon deuxième argument me semble encore là tenir la route : une seule cuillère pour tout un chou et après 50 minutes de cuisson… Je ne sais pas, je ne sais pas!

Ceci dit, sur les goûts et les couleurs! Et puis, pour que mon avis soit vraiment définitif, il faudrait tout de même que je goûte car on n’est jamais tout à fait à l’abri des préjugés.

Merci Viking pour cette vidéo que j’ai trouvé charmante… (je retiens la barde de lard pour mon prochain chou)
Et vous avez tout à fait raison: en cuisine les papilles et le nez doivent présider à toute opération. La recette la plus détaillée ne pourra jamais rendre compte exacte de la réalité. Une recette est surtout "orientative " (passez-moi le néologisme) et non pas prescriptive.